Le nouveau site de Spade réalisé avec le CMS Craft

craft-logoPar la mise en ligne cet été du nouveau site web de Spade, nous terminons ainsi une seconde expérience avec le CMS Craft. Vous vous en doutez, elle est plutôt positive.  Il n’avait pas fallu beaucoup pour nous convaincre au départ. Habitués au mastodonte Expression Engine avec lequel nous avons réalisé plusieurs « gros » sites, Craft était annoncé un peu comme le petit frère. En effet, ce CMS est développé par la société Pixel & Tonic à la tête de laquelle on retrouve Brandon Kelly, un développeur bien connu de la communauté Expression Engine.

Sur un premier projet assez discret, nous avions déjà pu nous faire la main. Nous avions ainsi apprécié assez rapidement les points suivants :

  • Une approche en mode « Freemium ». Le téléchargement et l’utilisation sont gratuits jusqu’à la création d’une structure un peu plus complexe (au de-là d’une première « section », une sorte de « type de contenu »). Le passage en mode payant se fait au final assez naturellement, étant convaincu par un système de gestion des objets de contenu assez intuitif et souple.
  • Un setup rapide, ce qui nous a changé d’Expression Engine ! On se situe plus dans une configuration proche de l’installation d’un WordPress. Bref, ca va vite, en quelques minutes, la bête est prête à fonctionner. Avec un petit plus sécurité n mode framework backend : l’application est à installer avant le répertoire www, ce qui rend plus difficile l’accès aux fichiers via des requêtes http. Cela le rend également plus difficilement installable sur des hébergements de type mutualisés qui limitent généralement l’accès en amont de ce répertoire.

Ici, nous avons donc appliqué notre méthodologie de réalisation de sites web en travaillant d’abord sur l’architecture du site, analyse de nos besoins en toute indépendance des éventuelles contraintes techniques qui arriveraient plus tard. Il y avait donc un risque de se retrouver face à un mur mais, de notre première expérience, nous avions pu constater que l’équipe des développeurs derrière Craft et la petite communauté était réactive, nous n’avancions donc pas sans balise.

Au bout de cette aventure, qui ne fut pas toujours de tout repos, nous restons confiant dans ce CMS qui a selon nous un avenir certain. Certes, il n’a pas encore la popularité d’un WordPress (et donc la communauté) nous permettant de nous entourer d’une galaxie d’outils complémentaires (thèmes, plugins…). Certes, il doit encore faire quelques maladies de jeunesse. Mais il évolue vite et bien ce qui est un gage important dans le paysage web actuel.

En mode « review », voici donc ce que nous avons pensé de Craft en soulevant le capot.

Les points positifs de Craft

  1. Le panel d’administration : full responsive, il permet une édition sur plusieurs formats d’écran dont les smartphones. Son look minimaliste en « flat design » en fait un outil agréable à utiliser. Il parait simple d’utilisation au premier regard, ce qui rassure, avant de se rendre compte qu’il y a une quantité de petites astuces disponibles pour se faciliter la vvie dans la gestion de contenu.
  2. Les mises à jour de l’application possibles directement depuis le panel d’administration. En un seul click !
  3. La souplesse de la construction des objets de contenu. On entre dans le coeur de Craft. Ce qui a pu par moment nous décourager s’est avéré au final très puissant. Chaque objet de contenu peut être créé en suivant les désidératas de l’architecture en amont. Evidemment, on démarre « from scratch » (à la différence par exemple d’un WordPress qui met à dispositions dès le départ d’objets de contenus comme les « blogpost », les « pages », les « catégories »…). Mais cela force à une bonne analyze des objets, un renforcement de l’architecture du site, c’est tout bénéfique pour la suite du projet. Les Matrix et les relations posts to posts sont un must !
  4. Craft est inspiré d’Expression Engine. On a donc plus rapidement « compris » et apprivoisé le CMS. Il s’avère aussi plus simple d’utilisation mais aussi moins puissant, les deux CMS ne jouent donc pas dans la même cour et sont complémentaires.
  5. Assets transforms : une gestion des tailles d’images aisée, un plus non négligeable pour l’optimalisation des sites notamment sur une approche « responsive » et « mobile ».
  6. Un « Live preview » nickel
  7. Un support client rapide et courtois.
  8. Le langage de templating est basé sur « Twig« , on apprécie l’effort de se baser sur une structure documentée et utilisée sur d’autres systèmes.

Les points négatifs de Craft

  1. Craft est jeune : nous avons été confrontés à plusieurs bugs mais nombreux ont été corrigés lors des mises à jours fréquentes. Mais il est arrivé à plusieurs reprises d’être livrés à nous-même, comprenant que les priorités des développeurs étaient ailleurs. Nous avons donc dû parfois changer de route ou bidouiller un peu le code
  2. Le routage: pas toujours automatique, il faut parfois/souvent le « faire à la main ». D’un autre côté, ça assure un contrôle total de la structure des hyperliens
  3. La gestion multilingue : pour l’éditeur de contenu, au final elle est intuitive et assez bien foutue. Mais pour la mise en place technique, c’est plus compliqué ! Ce fut parfois la débrouille, dans un univers peu documenté et pas toujours très logique. On aime à penser que nos échanges avec l’équipe de support aura au moins permis de disposer d’une meilleure documentation voire même quelques améliorations du système
  4. Une communauté restreinte : peu de plugins, et s’il y en a la plupart sont peu ou pas adaptés à nos exigences, notamment sur l’aspect  « multilingue ».
  5. Twig une fois encore : le langage est parfois un peu verbeux et les opérateurs conditionnels sont peu communs.
  6. La logique des templates. Par exemple, il n’y a pas de possibilité d’avoir un seul template qui gère toutes les pages statiques du site. On aurait souhaité gérer moins de fichiers de templating.
  7. Le prix de certains plugins. L’accumulation des extensions payantes peu rapidement rendre le site « cher à l’achat ». A ne pas négliger dans les estimations en amont.

Craft se situe donc comme un CMS de taille moyenne plus proche d’un WordPress qu’un Expression Engine dans la grandeur de sites qui seront réalisés. Il n’est pas pas aussi puissant que son grand frère que l’on continuera à préférer en cas de gros projet. Il ne concurrence pas non plus directement WordPress sur la catégorie « petits sites » avec une gestion de contenus de type « classiques ». Il prend tout son sens quand les projets deviennent plus exigeants et en phase « startup » : un mode où on souhaite disposer d’une base solide qui peut rapidement évoluer vers une approche de gestion de contenus plus complexe.

Live Preview from Craft CMS on Vimeo.

1 commentaire sur “Le nouveau site de Spade réalisé avec le CMS Craft

  1. Mateusz dit:

    Merci beaucoup pour cette analyse.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*