Marketing en ligne selon le Trends Tendances


Dans son numéro du 25 septembre le Trends Tendances s’intéresse à l’univers mobile dans le marketing online.

L’initiative s’insère dans une série de 5 articles sur le marketing en ligne. L’initiative est louable : faire le point à la rentrée sur les bonnes pratiques de l’online marketing.

On peut toutefois s’interroger sur la pertinence des avis exprimés.

L’article de la semaine fait judicieusement le point sur l’image perçue par un utilisateur confronté à un site qui ne s’adapte pas à son contexte de consultation (smartphone, tablette, télé, …).

Ce qui est plus étrange et contre-productif c’est l’avis émis par les employées de Produweb, Hélène Guerriat et Stéphanie Renwart qui présentent les étapes et approches possibles pour « mobiliser » un site web.

On tombe dans les errements d’une approche réductrice d’une expérience mobile, qui doit proposer moins de contenu que le « vrai site », faisant l’impasse sur la question des usages multiples (la page que j’ai vue sur un PC et que je suis incapable de retrouver au moment où je veux la montrer à un proche sur mon smartphone dans le bus…), le site mobile est présenté comme l’avorton d’un site plus mûr qui serait la référence.

L’adaptation d’un site web que l’on rend « cliquable » en supprimant les languages non-supportés semble découvrir, 7 ans après l’avènement de l’iPhone, que Flash n’est pas supporté par la plupart des devices mobiles…

Il est important de rappeler qu’au delà des standards web (HTML,CSS, Javascript), tout développement online aura une disponibilité aléatoire sur l’incroyable diversité d’écrans disponibles.

Sur le front du contenu, une architecture de l’information cohérente permet de donner à voir l’ensemble des pages d’un site, selon une logique de navigation optimisée et non pas amputée.

Il serait judicieux de se renseigner à plusieurs sources pour donner à entendre un réel état de la question plutôt que le point de vue d’une seule agence dont on peut légitimement questionner la pertinence sur le sujet.

Chez Spade, nous sommes évidemment très sensibles à l’approche mobile, elle est au centre de nos compétences et nous développons des sites responsifs depuis 2011 pour tous types de clients (institutions, association, B2C,…).

En novembre de cette année-là, nous établissions un listing des avantages de la technique du « Responsive Design » (EN). Il est hallucinant de lire encore 3 ans plus tard de tels discours à une époque où cette technique a non seulement fait ses preuves mais a encore évolué en s’enrichissant. La réalité des agences web comme la nôtre est en effet déjà un cran plus loin : concevoir d’abord pour le mobile permet de rendre pérenne son site web dans un paysage médiatique où les contextes de consultation ne cessent de se multiplier.

site de Trends tendance sur iPhone5

Le site de Trends Tendance sur iPhone5 : aucune technique de Responsive Design n’est appliquée, il n’y a donc pas de prise en compte du contexte de consultation du visiteur, obligeant l’utilisateur de smartphone à « zoomer » pour rendre les paragraphes de texte lisibles ce qui a pour effet de « couper » les phrases et forcer l’utilisateur à un défilement horizontal.

5 commentaires sur “Marketing en ligne selon le Trends Tendances

  1. Mateusz dit:

    Bien répondu les Spade Boys. Je plussoie.

  2. Nathalie dit:

    J’avoue être assez surprise par la manière dont vous interprétez les propos des personnes interviewées.

    Je suis abonnée au trends tendances et ai lu avec attention les 2 premiers articles de la série.

    Ici, ils parlent plutôt de format spécifique au support, d’ergonomie et d’architecture de l’information adaptée, afin de mettre en avant les informations les plus susceptibles d’intéresser le mobinaute. Je n’ai pas compris cela comme « supprimer certains contenus » et encore moins comme  » l’avorton du site web », au contraire.

    Il me semblerait qu’ils expliquent l’importance d’être présent sur ce device à l’heure actuelle. Ils pensent juste que le comportement de l’internaute sera différent sur un mobile, par rapport à un ordinateur.

    Pour être une utilisatrice de l’iPhone, de la tablette et de l’ordi, je suis plutôt d’accord : je ne surfe pas sur un comme sur l’autre et je n’effectue pas les mêmes actions non plus…

    • Merci Nathalie pour le partage de votre point de vue. Pour bien comprendre le nôtre et notre éventuelle interprétation, autant reprendre textuellement les propos qui nous ont surpris.

      « …il faut comprendre qu’un site web adapté aux mobile devices n’est pas l’égal d’un site classique ». En vertu de quoi ? Pourquoi ce n’est pas égal ? Ne peut-il pas être le même ? Qu’est-ce qu’un site classique ? En 2014, un site classique n’est-il pas un site adapté au mobile ?

      Cette phrase ne veut strictement rien dire, elle induit simplement une différence, elle minore le mobile. Cela commence donc assez mal, avec le poncif « mobile = moins ».

      « … La première solution (…) c’est de se doter d’un site visualisable sur les appareils mobiles. On ne change pas pas son ergonomie, on se contente de le rendre cliquable sur mobile. ». Un site visualisable et cliquable sur mobile, on nous dépeint un monde où il va falloir simplifier car votre site est trop gros pour le mobile, on va l’envoyer en salle de fitness et il va pouvoir entrer dans votre téléphone. Une caricature honteuse.

      « … La seconde option, s’offrir un véritable site mobile. »

      Donc le site mobile ce n’est pas le même que le site classique pour reprendre l’expression ?
      La porte ouverte à l’interprétation du novice, je pense qu’ils sont nombreux parmi les lecteurs à avoir compris qu’ils allaient devoir s’équiper de deux sites distincts.

      Est-ce vraiment la bonne option en 2014? Bien sûr que non.

      On est en total désaccord avec cette vision couteuse et non efficace.

      Un seul site qu’on arrête de cataloguer dans du « classique » du « mobile », du « tablette » sert tous les usages.

      La réalité actuelle c’est juste qu’on a une quantité d’outils pour accéder à internet et qu’il faut concevoir un site « classiquement » en tenant compte de cette réalité. Le site web « classique » doit pouvoir « répondre » à tous ces contextes de navigation en s’y adaptant naturellement.

      C’est une méthodologie de travail, dès le début d’un projet. Le site « mobile » n’est donc pas un second site allégé qui vient se greffer au premier site « classique ».

      « … Plus la peine dans ce cas de mettre trop d’onglets ou de section comme l’historique de la société ». Dans cette phrase on a clairement compris que certains contenus seraient éliminés pour la version mobile ».

      Nous parlions de « moins de contenu », vous parliez de « supprimer du contenu ».

      Je pose la question ouvertement : qui peut me dire que je n’ai pas envie de d’accéder à l’historique de la société avec mon téléphone mobile ?
      Je suis dans le métro en route pour un entretien d’embauche et je suis en train de réviser ma présentation. je me rends compte que j’ai oublié le nom des deux fondateurs de la boîte dans laquelle je postule et je me rappelle que c’est indiqué sur la page « historique » du site que j’ai consulté avec mon portable hier. Dans le métro pas moyen d’accéder à cette page depuis mon smartphone, ne trouvez-vous pas cela frustrant ?

      C’est une approche réductrice et une méthode de travail complètement dépassée.

      On ne conteste pas qu’il y a par contre un travail d’ergonomie à faire et un autre sur le degré d’importante sur les contenus. De là à simplifier la question à « plus la peine de… », il y a une marge que l’on trouve inacceptable.

      Au final nous regrettons un travail de vulgarisation bâclé dans le chef du journaliste (peut-être n’y comprend-il rien lui-même et s’est laissé convaincre par son unique source, on est vraiment tenté de le croire).

      Cette vulgarisation, nous l’opérons au quotidien dans notre agence avec nos clients qui méritent un plus grand respect dans la compréhension des solutions à leur portée pour faire face à la révolution du mobile. Il y a quantité de personnes qui nous semblent bien plus fiables à questionner pour se lancer dans ce débat.

  3. Nathalie dit:

    🙂 Doucement, vous réagissez avec beaucoup de véhémence -me semble-t-il.

    Vous interprétez l’article d’une manière, moi d’une autre. Je ne compte pas décortiquer chaque virgule et chaque mot, surtout si, comme vous le dites, ce sont ceux d’un journaliste qui a recueilli les propos de spécialistes et les a peut-être mal compris / retranscrits.

    Les inconnues sont trop nombreuses. Je suis juste navrée de voir que avec quel acharnement vous accusez les interviewés sur les quelques phrases qu’on leur a attribuées. Je n’oserais pas dire que vous en avez après l’agence Produweb, mais c’est l’impression que cela donne.

    N’oublions pas non plus que la cible, ici, c’est l’éventuel « client » intéressé par un site responsive, mais qui n’y connait pas grand chose de prime abord. Le message est, dans ce cas, bien passé : c’est indispensable à l’heure actuelle. Point.

    Nous sommes d’accord sur le fait qu’un site doit être accessible / lisible / adapté à tous les supports (responsive, pour résumer). C’est déjà ça !

    Je vous souhaite bonne continuation dans votre travail d’évangélisation, nous savons tous ô combien il est laborieux !

    • Merci pour vos encouragements, nous resterons d’opiniâtres défenseurs du bon sens. Si vous voyez dans notre manière de l’exprimer un trop plein d’énergie c‘est plus par passion que par colère/envie/jalousie(complétez selon vos suppositions). Nous avons une opinion, nous l’exprimons et nous n’allons pas édulcorer le propos pour nous faire douceâtres, voire faux-culs.

      Je vous laisse la responsabilité de vos interprétations sur le travail du journaliste et nos relations avec Produweb, c’est un peu hors de notre propos.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*