Typo3, Craft, Joomla!, ExpressionEngine, SPIP, Drupal, WordPress

Quel CMS choisir en 2016 ?

Vous êtes sur le point de lancer une nouvelle plateforme de contenu sur le web ? Ou de refaire votre site ? Vous hésitez encore sur l’outil qui va vous accompagner durant les mois et années à venir ? Cet article ne désignera pas pour vous l’outil idéal répondant à vos désirs mais il vous propose une approche méthodique. Elle vous aidera à décider en ayant évalué une série de critères pertinents que nous allons vous expliquer.

A la demande d’un de nos clients, nous avons récemment établi un classement des solutions de Content Management (CMS) disponibles afin de l’aider à choisir l’outil qui « matcherait » le mieux  sa réalité (la quantité de contenu à gérer, la forme de l’équipe éditoriale, la compétence de l’équipe IT, la mise en place de nouveaux modules via notamment des connections de type API, le support, etc.). Nous avons limité notre analyse à des solutions de type PHP/MySQL. Voici la liste des critères retenus et les motivations derrière leur sélection, ainsi qu’un matrice reprenant les  CMS :

  1. Drupal
  2. Joomla
  3. WordPress
  4. Craft
  5. Expression Engine
  6. SPIP
  7. Typo3

Long Term Support (LTS)

Héritée du monde des Systèmes d’Exploitation, les OS, la notion de Long Term Support fait son chemin dans l’univers des CMS. Une version LTS d’un CMS vous prémunit d’un migration vers une nouvelle version durant plusieurs mois ou années. Elle vous garantit aussi un support sécurité. Si un bug est détecté, une faille identifiée ils seront résolus jusqu’au terme du support.

C’est un gage de stabilité. Certains CMS ont une approche LTS, les autres offrant plus une approche RERO (release early, release often). En fonction de la dépendance à votre CMS de systèmes externes ou l’inverse (import, API,…) le choix d’une approche LTS peut représenter une meilleure stabilité de votre eco-système.

Multilinguisme

Le mutlilinguisme est un aspect important en Belgique. Dans le monde il devient de plus en plus une réalité prise en compte nativement par les Content Management Systems. Si cette réalité a échappé aux concepteurs d’un CMS, ils font usage de plugins, addons pour étendre le comportement du CMS à la gestion de contenus multilingues. Certains gèrent le multilinguisme par une approche multisite. C’est un contrainte importante (double gestion d’arborescence, double encodage, parfois double authentification et maintenance…) mais qui offre une grande liberté de différentiation des sites.

Un multilinguisme natif apte à proposer une interface d’admin elle-même multilingue est un atout, car il est intrinsèque au CMS et donc n’induit pas de compromission entre la simplicité et l’efficacité.

Ergonomie zone d’administration

Un Content Management System, c’est un outil d’édition de contenu qui permet à des utilisateurs disposant de rôles différents de mener à bien des tâches spécifiques : upload d’image, mise à jour de contenu, création d’article, création de membres, traduction, validation de contenu… Les contextes d’utilisation peuvent être différents (valider un article sur un téléphone mobile, rédiger depuis une tablette, éditer la configuration sur un écran large,…). La simplicité d’accès aux tâches, la concordance avec des patterns d’éditions proches des traitements de texte sont pour les utilisateurs novices un gage d’apprentissage et de maîtrise rapides.

Extensibilité (plugins)

Un bon CMS gère du contenu. Que ce soit des posts, des nodes, des pages, des médias ou des articles. Mais un site web c’est du partage social, des formulaires, de l’authentification, des plans, des stats, et une myriade d’autres fonctions qu’il faut mettre en oeuvre à l’aide de greffons logiciels, de plugins, add-ons. La richesse du catalogue des plugins garantit l’extensibilité de votre CMS à d’autres fonctions que celles natives. C’est plus de fonctionnalités pour moins d’argent.

API (import)

Si vous partez de rien, vous n’aurez pas de contenu à importer dans votre nouveau CMS. Si vous avec déjà un site, des listes, des CSV, du XML… les fonctions d’import de contenu, de membres sont essentielles à la mise en route de votre site.

Framework

Si votre site doit s’étendre, faire des choses qu’aucun autre site ne fait, ou dialoguer avec des interfaces logicielles exotiques, un framework de développement garantit que vos développeurs, votre agence, ou celle qui remplacera celle que vous utilisez aujourd’hui travailleront selon un ensemble de règles garantissant une maintenabilité de votre code dans le temps.

Templating

Le rendu de vos données peut se faire via des commandes PHP du SQL parsemé dans du HTML et de la CSS… ou vous pouvez disposer d’un système de templating qui assure la séparation entre code et structure de rendu de vos informations. Vos développeurs front-end ne risquent pas de « briser » le travail des développeurs back-end et inversément. Ils ne deviennent pas – contraints et forcé – des développeurs full-stack car les outils restent autonomes.

SOLR

Un bon moteur de recherche passe souvent par l’utilisation d ‘un outils externe d’indexation. SOLR est un outil que nous affectionnons. Il est gratuit. Propose des facettes. Disposer d’un outil de recherche interfacé directement avec SOLR est un gage de mise à disposition d’un outil de recherche interne optimal.

Prix

Les CMS ne sont pas tous gratuits… Et cet aspect payant n’est pas nécessairement négatif. On remarque que la réactivité des éditeurs est souvent assez forte quand on devient « client » de la solution. Au contraire, l’aspect gratuit peut induire une relation plus anonyme et induit parfois une communauté moins structurée et moins soucieuse d’un support technique. C’est pourquoi nous conseillons aussi de s’informer sur la qualité de la communauté autour du CMS (voir ci-dessous).

Coût Extensions

Les plugins peuvent aussi avoir un coût, c’est parfois un modèle économique en soit. Le CMS est gratuit et les plugins payants, c’est le modèle « Freemium ». Une fois de plus, cela ne doit pas être perçu comme un frein. Un plugin qui fait très bien son travail, qui évite de réinventer la roue et qui coûte 99€ c’est un meilleur investissement qu’un plugin gratuit qui introduit une faille de sécurité sur le serveur web (cas vécu). La qualité des extensions peut souvent se mesurer sur les fiches de description disponibles sur les sites qui les référencent : date de la dernière mise à jour, courbe des interventions, commentaires et réactions, nombre de bugs rapportés et corrigés, etc.

Licence

Que me permet la Licence, dois-je republier mes modifications au code, puis-je gagner de l’argent avec mon site si je fais usage d’un CMS gratuit ?

Communauté

La communauté autour du CMS est-elle active, atteignable et disponible ? Un CMS est historiquement lié à un territoire, un CMS peut être Belge, Franco-Suisse, Américain, Danois… Il s’est répandu dans une communauté linguistique, géographique précise, il faut pouvoir trouver des experts soit via les réseaux soit IRL. La réactivité, l’enthousiasme de la communauté est aussi un facteur de pérennité du CMS, certains périclitent ou sont en danger car les « propriétaires » du projet prennent des décisions en opposition avec les intérêts de la communauté ou des membres influents. Autant savoir si on entre dans un monde pacifique ou pas. Enfin, c’est souvent au travers de cette communauté qu’on pourra trouver les ressources nécessaires à pérenniser son projet : le besoin d’un plugins à créer sur mesure, d’engager un développeur web spécialisé sur cette technologie…

Sur base de ces critères, voici le résultat de notre analyse sur 7 CMS testés.


Drupal

Première version 2001
Multilingue  Natif
Admin multilingue  Oui
Ergonomie admin  Responsive/paramétrable
Extensibilité *****
API (import) CSV/XML/SOAP/RSS/REST plugin
Framework  Symfony2
Templating Twig
LTS/RERO 8.* (2022)
Intégration Apache SOLR Extension
Prix 0€
Prix moyen d’extension par site 0€
Intégration Apache SOLR Extension
Licence GPL2
Qualité/grandeur de la communauté *****

CMS développé à l’origine en Belgique, Drupal est un acteur souvent incontournable. Le tableau parle de lui-même, il dispose de nombreux atouts. Nous y mettrons deux garde-fous : Drupal n’est pas adapté à tous les cas de figure. Cela reste un gros CMS et qui dit gros dit gourmand en ressources également. Il est donc plutôt recommandé pour des projets d’envergure. Ensuite, il faut prendre en compte la difficulté de trouver des développeurs de qualité. C’est souvent l’apanage des CMS à succès, la communauté est large mais les vrais experts restent forts sollicités. Drupal évolue bien : depuis la version 8, il est passé sous Symfony2 au niveau du backend et utilise le langage de templating Twig. La politique de Long Term Support est étendue (la version 8 de Drupal sera maintenue jussqu’en 2022). La dernière mise en garde concerne les mises à jour de versions; changer de version sous Drupal reste un passage douloureux si on est dépendant de nombreux plugins. Certains considèrent même qu’il vaut parfois mieux dans ce cas en profiter pour mettre en place un nouveau frontend.


Joomla

Première version 2005
Multilingue  Natif
Admin multilingue  Oui
Ergonomie admin  Responsive/paramétrable
Extensibilité ***
API (import)  XML/SOAP
Framework  Joomla! Framework
Templating  JDOC
LTS/RERO  3.* (2017)
Intégration Apache SOLR Basique
Prix 0€
Prix moyen d’extension par site 200€
Intégration Apache SOLR Basique
Licence GPL2
Qualité/grandeur de la communauté ***

Joomla! fait également office de dinosaure dans le parc des CMS opensource. Plus léger et souple que Drupal, il s’installe et se configure rapidement. Il n’a malheureusement jamais réussi à convaincre une très large communauté sans doute par un manque d’ambition et de choix technologiques éclairés. Mais il continue son petit bonhomme de chemin en ayant notamment fait le choix de développer son propre framework.


Wordpress

Première version 2003
Multilingue  Extension
Admin multilingue  Oui
Ergonomie admin  Responsive/paramétrable
Extensibilité *****
API (import) CSV/XML/RSS/REST plugin
Framework  underscore.js, backbone.js, react.js
Templating PHP/Shortcodes
LTS/RERO 4.* (rero)
Intégration Apache SOLR Extension
Prix 0€
Prix moyen d’extension par site 200€
Licence GPL2
Qualité/grandeur de la communauté *****

La grande force de WordPress c’est sa communauté ultra active. On ne se sent jamais seul en développant sous WordPress (En 2015, il est utilisé par 25 % des sites web dans le monde). Le revers de la médaille du succès c’est que cela en fait un CMS sujet à de nombreuses attaques et qu’il est donc fortement conseillé de le mettre très régulièrement à jour. Aujourd’hui il est courant d’entendre qu’on sait tout faire avec WordPress. Dans la pratique, il y a bien entendu à boire et à manger comme dans toutes les communautés. Parmi ses atouts on retrouve donc son énorme extensibilité, sa courbe d’apprentissage, son panel d’administration responsif, son intégration avec SOLR pour étendre les fonctionnalités de recherche. On est plus réservé sur son absence de langage de templating qui ouvre la porte aux bidouillages.


Craft

Première version 2012
Multilingue  Natif
Admin multilingue  Oui
Ergonomie admin  Responsive/paramétrable
Extensibilité **
API (import) REST plugin
Framework YII
Templating Twig
LTS/RERO2 2.* (rero)
Intégration Apache SOLR Extension
Prix 300€
Prix moyen d’extension par site 200€
Licence Propriétaire
Qualité/grandeur de la communauté **

Craft est le challenger du moment. Encore jeune, il n’a pas la carrure  des solutions listées dans cet article mais évolue vite et bien. On apprécie son panel d’administration minimaliste et responsif, la gestion native de la création d’objets de contenus customs, l’utilisation du langage de templating Twig, son installation rapide et sa courbe d’apprentissage. La communauté est encore réduite mais un bel avenir lui est annoncé. A noter qu’il n’est pas tout à fait gratuit. Pixel&Tonic, la société éditrice propose une formule « freemium » qui permet de l’utiliser gratuitement mais avec des fonctionnalités restreintes. Il existe ensuite deux formules tarifaires. Une série de plugins à des prix variables permettent d’étendre les fonctionnalités natives. On a pu constater que le prix d’achat est souvent aussi justifié par un support de qualité.


logo-ee

Première version ?
Multilingue Multisite
Admin multilingue Non
Ergonomie admin Responsive/paramétrable
Extensibilité *
API (import) CSV/XML plugin
Framework CodeIgniter
Templating EE
LTS/RERO2 3.* (rero)
Intégration Apache SOLR Néant
Prix 300€
Prix moyen d’extension par site 200€
Licence Propriétaire
Qualité/grandeur de la communauté *

Basé sur le framework MVC CodeIgniter, ExpressionEngine était promis à un bel avenir. Il semble qu’EllisLab, l’équipe éditrice, ait fait certains choix stratégiques qui assombrissent malheureusement celui-ci. Une partie de la communauté ne semble plus vouloir développer des extensions sous la récente version 3. ExpressionEngine est un outil puissant, flexible et très bien structuré. Comme Drupal, il n’est pas conseillé pour de petits projets mais une fois installé, il permet une gestion long terme du site web, sa faiblesse réside dans son peu de considération pour le multilinguisme.


SPIP

Première version 2001
Multilingue Natif
Admin multilingue Oui
Ergonomie admin Paramétrable/non responsive
Extensibilité **
API (import) RSS/XML plugin
Templating Squelettes SPIP
LTS/RERO2 3.1*
Intégration Apache SOLR Néant (alternative : Sphinx)
Prix 0€
Prix moyen d’extension par site 0€
Licence GPL2
Qualité/grandeur de la communauté *

SPIP dispose d’une petite communauté principalement francophone qui reste fort active et défend bec et ongle son animal fétiche. Il y a de quoi, l’API de SPIP développé depuis 2001 est stable et traverse les époques en prouvant toujours son efficacité aussi bien sur de petits que de grands sites. SPIP souffre malheureusement d’une image peu professionnelle souvent identifié avec dédain comme un « CMS pour les assoc' ». Il est vrai que son statut open-source et sa courbe d’apprentissage lui ont valu de se faire accaparer par une quantité de « webmasters » en herbe au début des années 2000. Depuis SPIP suit son petit bonhomme de chemin, peu d’équipes éditoriales qui l’utilisent regrettent leur choix car il reste très efficace. Bien qu’extensible via son système de plugins, il faut parfois y regarder à deux fois avant de foncer car tous ne se valent pas. Au niveau des mises à jour, SPIP ne dispose pas réellement d’une approche Long Term Support mais le passage d’une version à une autre est incomparable avec Drupal par exemple : à peine quelques « boucles » à corriger. Quant aux vieilles versions, les failles de sécurité continuent à être corrigées.


Typo3

Première version 1997
Multilingue Natif
Admin multilingue Oui
Ergonomie admin Paramétrable/non responsive
Extensibilité **
API (import) RSS/REST/XML/SOAP plugin
Framework EXTBASE
Templating Fluid
LTS/RERO2 7.6 (2018)
Intégration Apache SOLR Extension
Prix 0€
Prix moyen d’extension par site 0€
Licence GPL2
Qualité/grandeur de la communauté **

Typo 3 enterre tout le monde sur la longévité. Il n’en demeure pas moins un CMS peu populaire dans nos contrées, sa communauté est plus scandinave (et quelques pays germaniques). Les bons développeurs Typo3 sont donc une denrée rare et recherchée ! Car Typo3 est une plateforme robuste et puissante permettant de développer des architectures de sites très complexes. Ceux qui découvrent le web sur cette décennie risquent de faire un infar en découvrant le backoffice.

Tableau comparatif complet

Dans la vidéo ci-dessous, nous repassons les points abordés dans cet article lors d’une conversation entre Benoît Vrins et Denis Balencourt (Lire la retranscription textuelle).

7 commentaires sur “Quel CMS choisir en 2016 ?

  1. Christophe dit:

    Je ne comprend pas votre tableau concernant TYPO3… le backend EST multilingue… et l’extensibilité… avec des milliers d’extension, pourquoi seulement 2* ?

    Je travail au quotidien avec TYPO3 et j’ai eu travaillé sur Drupal aussi, il m’est d’avis que concernant l’extensibilité, ces 2 CMS sont plutôt équivalent.

    Cordialement

  2. Merci Christophe pour la correction concernant le multilinguisme du back-end de TYPO3. Le tableau général reprend la bonne info, une erreur de transcription des infos dans la zone dédiée au CMS au moment de la rédaction de l’article explique votre incompréhension.

    Pour l’extensibilité notre note de 2* est en lien avec la réactivité de la communauté, la couverture par version, mais ce n’est pas « mal » en soi.

  3. Elise dit:

    Merci pour cet article intéressant.
    Pour un site e-commerce y en a-t-il un que vous recommanderiez plus qu’un autre?
    Sont-ils tous égaux au niveau du référencement?
    Merci pour votre réponse.

    • François Lamotte dit:

      Bonjour Elise,

      Pour le choix d’une solution e-commerce, il y a d’autres questions à envisager.

      Cela dépend par exemple du nombre de produits (et d’options) que vous souhaitez vendre. Avec par exemple la méthode que vous souhaitez utiliser pour mettre à jour ces informations.

      Avoir 30 produits, 100 ou 1.000 produits à gérer impliquera des ressources et des stratégies différentes pour effectuer les mises à jour.

      Imaginez que vous voulez profiter des soldes, et que vous avez 1.000 fiches à éditer : vous devez pouvoir agir en quelques minutes.

      Certains CMS e-commerce proposent des modules d’importation plus aboutis. D’autres utilisent des API pour permettre de synchroniser automatiquement tout changement (par exemple connecté sur une gestion de stock qui permet d’indiquer en temps réel la disponibilité d’un produit).

      D’autres intègrent une gestion de flux vers de place de marchés (comparateurs de prix, ebay, affiliation, …) qui les rendent très pratiques pour vous aider à augmenter votre visibilité.

      Pour le référencement, ils ne sont pas tous égaux. Et les efforts pour les rendre SEO friendly sont donc différents. En général ceux qui sont déjà connu pour leur pertinence en la matière (une plateforme comme WordPress), on sait que les versions e-commerce (woocommerce, jigoshop, …) seront plus facilement adaptables.

      Attention à ne pas faire confiance à l’aveugle : le résultat dépend de la qualité du thème (templates). Même les thèmes populaires ne sont pas une garantie de bons résultats.

      Après de nombreuses agences ou consultants spécialisés sur un des frameworks e-commerces connaissent les astuces et les pièges qu’il faut éviter pour les éléments de base.

  4. ESSALHI dit:

    Bonjour, merci de cet article
    pour un site d’une conférence scientifique quelqu’un peut me recommander un parmi ces CMS ??

  5. Er.V dit:

    Bonjour,
    WordPress est polyvalent, il peut être un blog ou un site ou un e-commerce, etc..
    J’ai testé plusieurs CMS, depuis 2000, de NPDS, Xoops, DotClear, Joomla, Spip et pour finir sur WordPress.
    Spip paraissait bien, mais l’espace privé, j’ai trouvé, difficile de m’y retrouver, puis son style, les cadres, les icônes, j’ai eu l’impression de retrouver Windows 3.1 ou un vieux Macintosh des années 90, c’est ça qui m’a fait lâché Spip, cette fausse impression d’avoir un vieux CMS, non à jour, une refonte de leur espace privé, ramènerait des utilisateurs.

    @ESSALHI : conférence scientifique ? Cela veut dire quoi, des vidéos? Des Streamings? Des rapports ? Plus de précisions, s’il vous plait, merci

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*